Comme la grenouille mâle enfle pour crier et attirer la grenouille femelle, les innovations se gonflent et le cri de la transformation digitale se fait entendre.

L’injonction faite aux entreprises de se transformer, ou dans une vision étroite de se digitaliser, repose sur l’idée qu’Internet, les technologies numériques et leurs usages, les entrepreneurs et plus particulièrement les startuppers, etc. etc. changent le monde et qu’il faut s’y adapter pour ne pas disparaître.

Tout comme la grenouille femelle n’a pas de voix et ne répond qu’à la grenouille mâle de la même espèce, le progrès a actuellement une voix plus faible et ne répond pas toujours à l’innovation et aux changements.

Peut-être parce que l’innovation, qu’elle soit technique ou d’usage, ne crée que l’opportunité d’un progrès, ce dernier restant à modeler ?

Les technologies du numérique et leurs usages sociaux ont fait naître des opportunités Business pour les entreprises, dans une période où la mondialisation et l’informatisation avaient secoué les marchés.

Le digital offre aussi aux entreprises une nouvelle opportunité sociale. 

Même les plus technologues résument aujourd’hui la transformation des entreprises, sous l’effet du digital, à l’enjeu organisationnel, social, managérial, culturel…

D’une variable d’ajustement, les salariés sont passés au statut de créateur de valeur, de talent, de source de créativité…

Une valorisation de l’humain qui ne sera un progrès social que si elle ne se réduit pas à un « comment », les clients que nous sommes tous peuvent contribuer à réduire le risque (cf. entreprise et responsabilité sociale).

Ou si cette valorisation de l’humain dans l’entreprise ne s’efface pas dans un avenir proche aux bénéfices d’une valorisation des métriques, des algorithmes, de l’intelligence artificielle… Non pas que le choix sera cornélien, il devra être équilibré.

Il est peut-être nécessaire de dégonfler un peu le sac vocal de l’innovation pour qu’il n’éclate pas, et pour que la voix du progrès lui réponde davantage et durablement.